Polyuréthane et RT 2012

La plus importante consommation énergétique vient du secteur du bâtiment. Celui-ci représente en France environ 68 millions de tonnes d’équivalent pétrole. Chaque année plus d’une tonne d’équivalent pétrole est consommée par habitant. Le secteur du bâtiment génère 123 millions de tonnes de CO2, soit 23% du total des émissions.

Le chauffage représente près des 2/3 de cette consommation énergétique et la majeure partie des émissions de CO2 en raison du contenu élevé en carbone des combustibles fossiles et de l’électricité utilisée lors des périodes très froides. La facture annuelle de chauffage peut représenter environ 900 € en moyenne par ménage. Elle tend à augmenter avec la hausse du prix des énergies. Les dépenses annuelles peuvent ainsi varier de 250 € pour une maison « basse consommation » à plus de 1 800 € /an pour une maison mal isolée.

La diminution de consommation énergétique passe donc par l’isolation thermique des bâtiments.

2-03_consommation_energetique_2

La manière la plus simple et la plus économique de réduire la facture est d’améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments, en d’autres termes il faut bien les isoler.

La RT 2012

La Réglementation Thermique (RT2012) a pour objectif, comme les précédentes réglementations thermiques, de limiter la consommation énergétique des bâtiments neufs qu’ils soient pour de l’habitation (résidentiel) ou pour les autres usages (tertiaire).

La Réglementation Thermique 2012 s’applique à tous les bâtiments neufs depuis le 1er janvier 2013.

Les exigences thermiques par paroi de la précédente RT 2005 ne s’appliquent plus. Des exigences globales les ont remplacées. Les performances d’isolation sont calculées par les bureaux d’études thermiques.

Les exigences de la RT 2012 :

Trois exigences de résultats

Exigence d’efficacité énergétique minimale du bati : le besoin bioclimatique ou « Bbiomax » :

  • Exigence de limitation simultanée du besoin en énergie pour les composantes liées au bâti (chauffage, refroidissement et éclairage)
  • Un indicateur qui rend compte de la qualité de la conception et de l’isolation du bâtiment, indépendamment du système de chauffage
  • Un indicateur qui valorise la conception bioclimatique (accès à l’éclairage naturel, surfaces vitrées orientées au Sud…) et l’isolation performante
  • Une innovation conceptuelle majeure sans équivalent en Europe

Exigence de consommation maximale : « Cmax »

  • Exigence de consommations maximales d’énergie primaire (objectif de valeur moyenne de 50 kWh/m2/an)
  • 5 usages pris en compte : chauffage, production d’eau chaude sanitaire, refroidissement, éclairage, auxiliaires (ventilateurs, pompes)

Exigence de confort d’été

  • Exigence sur la température intérieure atteinte au cours d’une séquence de 5 jours chauds

Illustration : Recticel Insolation